Sketches filmés : acte 2

Cet article fait suite à la présentation des différents sketches filmés intitulé Sketches filmés : acte 1.

Consignes de travail

Dans le cadre d’une tâche finale évaluée, le sketch filmé doit être parfaitement cadré par des consignes de travail précises. Celles-ci spécifient le sujet, son contenu linguistique- – lexique, grammaire, fonctions langagières – phonologique et culturel, couvrant ainsi l’ensemble du travail effectué sur la séquence.

Voici un exemple concret dans une classe de seconde :

Documentaire sur un lycée français pour une chaîne télévisée américaine, 2nde – niveau B1

You are an American journalist making a documentary on a French High School. Interview two or three pupils about their school life and personal interests.

Vocabulary : school, timetable, hobbies. Grammar : wh-questions, yes/no questions, present simple, comparatives, time expressions. Use expressions of agreement, disagreement, surprise. Pronunciation : appropriate rising and falling intonation (questions, exclamations).  Make use of what you have learnt about Education in the US.

J’imposais un spot publicitaire à la fin du documentaire - pour éviter d’avoir 10 sketches à l’identique ! -

« This programme was sponsored by …. »  (Find a product, promote its qualities, think of a slogan).

Barème

Il s’adapte à chaque sketch et au niveau de langue visé. En règle générale, je retiens 4 ou 5 critères d’évaluation parmi ceux-ci :

  • effort de mémorisation – longueur du texte mémorisé et temps de parole de chacun
  • effort lexical et correction grammaticale
  • prononciation et aisance
  • communication interactive
  • qualité du jeu et de la mise en scène, cohérence entre discours et geste
  • créativité et inventivité
  • respect du texte authentique ou document original – dialogues, indications scéniques, ton, profil des personnages

Pour le documentaire sur le lycée français, j’avais retenu les 4 premiers critères et bonifié toute référence culturelle au système éducatif américain étudié au cours de la séquence. En effet, le journaliste américain était invité à faire des commentaires sur les différences entre nos deux systèmes éducatifs ! La note finale était sur 20, commune à l’ensemble du groupe.

Pour les sketches de Harry Potter, voici les critères que j’avais retenus : effort de mémorisation, prononciation et aisance, communication interactive, fidélité au texte original et mise en scène. Chaque critère était noté sur 5. Le dernier critère obligeait les élèves à une lecture rigoureuse de l’extrait choisi : identification des différents personnages, de leur prise de parole, du ton, des indications scéniques (déplacements dans l’espace, gestes, réactions, …etc.). J’ai bien sûr bonifié tous les efforts de déguisement!!

De même, je n’hésite jamais à BONIFIER la qualité visible et audible du travail de groupe. Certains passent des heures à peaufiner  ensemble leur prestation … y compris dans les couloirs et la cour de récréation !

Organisation du travail

Tout le travail de préparation des sketches se fait en classe, par petits groupes de 2, 3 ou 4. Dans un premier temps, j’oblige les élèves à travailler en autonomie, sans mon intervention. Ils ont bien-sûr leur notes de cours, textes ou manuels comme documents de travail. Puis, je me déplace, à la demande, pour apporter conseils, commentaires et corrections éventuelles. Quand le travail d’écriture  ou de repérage est achevé, je les invite à me lire à voix haute leur production ou le texte original pour vérifier la prononciation et développer l’aisance. En règle générale, j’essaie de limiter à 2 séances ce travail de préparation pour les obliger à être efficaces  (ceci limite au maximum les bavardages !!!). Pour les petites classes – primaire et 6ème-, ce travail de préparation et/ou récitation n’excède pas 10 à 15 minutes et il est réparti sur plusieurs séances.

Je donne mes exigences de travail à chaque séance. Tout travail inachevé doit être complété à la maison. Le travail de mémorisation commence en classe car les élèves doivent s’entraîner à se donner la réplique pour  travailler la communication interactive. Je leur donne généralement un délai de 1 à 2 semaines avant de jouer leur sketch devant la classe ou le groupe. Pour les petites classes, ce délai peut être plus court.

Contraintes et bénéfices

Ce travail va bien au-delà d’un simple entraînement à l’expression orale : prise de parole en continu et communication interactive. Il oblige les élèves à un travail en équipe avec toutes ses contraintes et ses bénéfices.  Je mets un point d’honneur à ne pas intervenir dans le choix des partenaires de travail. Rares sont les élèves qui sont pris  en défaut de travail ou d’effort de mémorisation car tout le groupe est pénalisé si un seul de ses membres ne s’implique pas sérieusement! Au fil des séances de travail, j’ai noté combien la pression des pairs peut inciter les plus réticents -pour ne pas dire les plus paresseux !- à s’impliquer et à faire l’effort nécessaire pour apporter leur contribution à l’ensemble afin que la note commune soit à la mesure du travail de chacun. De plus, le contact du groupe apporte un soutien appréciable et rassurant aux élèves les plus timides et/ou les plus faibles.

Ces sketches filmés donnent  SENS et VIE à l’apprentissage de la langue étrangère. Au fil de l’année, ils contribuent à améliorer la qualité d’écoute et la solidarité au sein de la classe tout en favorisant une prise d’autonomie progressive des élèves.

Vous l’avez compris : ces sketches créent des situations authentiques de communication car les élèves, tout en faisant semblant, finissent par « y croire ». C’est là toute la magie de la mise en scène de la langue étrangère!

 

Avez-vous des expériences réussies de travail en équipe à partager avec nous?

 

Prochain article : les artisans de l’innovation

Fermé aux commentaires