Elèves dyslexiques

Nous accueillons régulièrement dans nos classes des élèves dyslexiques et/ou dyspraxiques qui relèvent d’un Plan Individuel de Scolarisation (PIS).

L’évaluation écrite en anglais est difficile pour ces élèves puisqu’ils ne peuvent restituer à l’écrit, de manière satisfaisante, ce qu’ils ont compris et appris.

Comment adapter nos critères d’évaluation pour valoriser leur apprentissage ?

Pour ma part, je garde en mémoire leurs difficultés au moment d’élaborer un test d’évaluation en donnant des exercices nécessitant un minimum d’écriture : questions à choix multiples (QCM), exercices lacunaires, exercices d’appariement…etc. Pour toute partie à rédiger, j’ai recours à la dictée à l’adulte : l’élève me dicte sa réponse à voix basse pendant que ses camarades sont occupés à la rédiger.

Quand j’ai trois ou quatre élèves dans une même classe qui nécessitent cette aide individualisée – c’était le cas  en  6ème l’année dernière -, je me déplace de l’un à l’autre, dès le début de l’évaluation, pour ne pas me laisser déborder les cinq ou dix dernières minutes.

De plus,  j’allège d’un tiers le travail à effectuer plutôt que de leur donner un tiers-temps supplémentaire – auquel ils ont légitimement droit – et je rectifie ensuite mon barème en conséquence. Dans les autres matières, mes collègues adoptent généralement cette formule pour une question de gestion de groupe.

Bien entendu, j’explique, dès le début de l’année, cette démarche à l’ensemble de la classe pour que chacun se responsabilise et respecte cette aide individualisée au sein du groupe.

Et vous, qu’avez-vous mis en place dans vos classes pour les élèves dyslexiques ?

 

2 commentaires sur Elèves dyslexiques

  • Emmanuelle Saupé

    bonjour
    un grand merci pour ce regard bienveillant qui est (à mon avis) le premier pas vers l’adaptation. Je vous rejoins totalement dans ce que vous avez mis en place avec les enfants à besoin éducatifs particuliers. Pour ma part, en travaillant en concertation avec les orthophonistes, je leur propose (et j’insiste, c’est proposé et non imposé) d’avoir une fiche mémo sur laquelle ils peuvent trouver une aide sur 1 point particulier pendant les évaluations d’expression écrite. Par exemple : « quand je relis, je vérifie les points / les majuscules ». ou « bien quand je relis, je souligne mon verbe ». En équipe, nous nous sommes rendus compte que cette fiche mémo n’est utile que si c’est l’enfant qui se l’approprie parce qu’il sent que ça l’aide et qu’elle est d’autant plus utile si le point de la fiche mémo est travaillé dans toutes les disciplines et sur du long terme.
    A bientôt

    • Bonne Question

      Bonjour,
      Je te remercie de partager avec nous ce témoignage précieux.
      Il vient mettre en lumière que l’aide apportée aux élèves dyslexiques peut être facile à mettre en place
      au sein d’une classe. C’est souvent ces petites techniques qui nous manquent !!
      Dès que je serai de retour dans mes classes, je ferai part de ton témoignage à l’ensemble de mes collègues.
      Un grand MERCI à toi.